Articles

Un passé riche en péripéties

« PRÉCIGNÉ, Toute une Histoire » (des origines à la Révolution),
livre de 370 pages écrit par Maryse Morin, Marcel Chatelain, Patrick Sailly, Guy d'Ussel,
en vente à la mairie et à la bibliothèque (10 euros ) ou par correspondance : 

17,25€ en colissimo avec suivi.

(Envoi en France métropolitaine - pour les autres destinations, nous consulter - règlement à l'ordre de la mairie de Précigné, place Saint-Pierre, 72300 Précigné).
(Pour agrandir la photo, cliquer dessus)

"Précigné Toute une Histoire"Précigné a gardé sa position de « village dans une clairière » bordé par la Voutonne.

Son site initial se retrouve dans le nom de bois des « Haches », des Mardelles et de Mareil, évocateurs de peuplements premiers.

La chapelle Saint-Ménelé évoque la vie de ce saint local et celle de Saint-Savinien, son successeur.

L'ancienne église Saint-Martin et l'église Saint-Pierre reflètent l'ébauche moyen-âgeuse des Bas-Bourg et Haut-Bourg et, déjà, d'une cité en évolution.

Le pouvoir religieux jalonne cette période. Robert IV de Sablé multiplie les foncations : Maison des Templiers - relevant directement de la Commanderie d'Angers - abbaye des Prémontrés du Perray-Neuf.

La mise en valeur rurale se constate depuis les mottes féodales jusqu'aux manoirs subsistant sur ces terres. La plupart sont relevés ou édifiés après la Guerre de Cent Ans. Leurs positions révèlent les tracés presque concentriques des défrichements successifs.

Les XIVe et XVe siècles voient s'opposer Anglais et Français.

Les Guerres de Religion, au XVIe sont dominées par la personnalité d'Urbain de Montmorency-Laval, seigneur de Bois-Dauphin, marquis de Sablé et chef de la Ligue. En 1610, il fait donation aus moines Cordeliers du fief da la Salle, situé au bourg.

L'histoire du domaine seigneurial de Bois-Dauphin commence en 1296 par l'installation de la famille Pointeau.

Quatre générations de Pointeau et sept de Montmorency-Laval s'y succèdent. Les Montmorency-Laval ont construit le vaste château Renaissance et favorisé le développement de Précigné : présence de tisserands et de magistrats ; mais la vente aux enchères du domaine en 1648 en marque aussi l'abandon.

Aux Servien succède Jean-Baptiste Colbert, marquis de Torcy, de Croissy et de Sablé, dont il acquiert le marquisat en 1711 : il fait constuire le château actuel de Sablé.

La mort de son fils, Ménelé Colbert, sans postérité directe, en 1790, amène la séparation des terres du marquisat : Bois-Dauphin et les terres sur Précigné reviennent au vicomte Charles de La Porte de Ryantz et à sa sœur, la comtesse de Saint-Sauveur ; l'aîné, Guy de La Porte de Ryantz ayant le château de Sablé et les terres en relevant.

Cette situation survient alors que la Révolution ébranle les fondements mêmes de la royauté et que, de la tourmente naîtra la République.

Marcel CHATELAIN
co-auteur du livre « PRECIGNE, Toute une Histoire »